Le droit à l’oubli mis en place par Google est-il réellement efficace ?

Nick Leeder, directeur général de Google France, annonçait le lundi 15 décembre 2014 que près de 50 000 requêtes avait été envoyées en France au géant américain afin d’éliminer des résultats de recherche indésirables. La rédaction de Guide-06 revient sur le droit à l’oubli.

Depuis le mois de mai 2014, le géant américain a mis en place un formulaire en ligne à disposition des internautes afin que ceux-ci puissent contester l’apparition de résultats de recherche défavorables lorsque l’on tape leur nom sur Google.

Le moteur de recherche se conforme ainsi à la décision prise par la Cour Européenne de Justice qui avait statué l’année précédente sur le fameux « droit à l’oubli ». Il s’agit de permettre au tout un chacun de faire disparaitre des informations personnelles les concernant lorsque celles-ci sont « inexactes ou périmées ».

Sur les 170 000 demandes envoyées en Europe, 50 000 proviennent d’internautes Français. L’hexagone bat ainsi le record européen de requêtes de suppressions. Peut-être est-ce dû à la tradition démocratique et républicaine qui poussent nos concitoyens à faire usage de leurs droits lorsque ceux-ci sont à leur disposition.

Le moteur de recherche est néanmoins seul juge de la pertinence des requêtes. La majorité des demandes concernent le soin d’une e-réputation défavorable. Pourtant, lorsque les demandes de suppression de résultats ne correspondent par aux mentions « inexactes ou périmées », Google ne peut les prendre ne compte afin de ne léser personne. La rédaction de Guide-06 vous recommande plutôt de faire appel à une agence de référencement internet lorsqu’il s’agit de soigner une e-réputation négative.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *